Tarn-et-Garonne (82)

Musée Calbet [Grisolles, 82]

À propos du musée

Logo Monument historiqueLogo des Musées de France

Petite histoire du Musée Calbet :

1938 - 1941 : Création et constitution des premières collections

Le Musée Municipal d’Arts et Traditions Populaires Calbet a ouvert ses portes au public le 12 avril 1938, à l’emplacement de l’actuel Musée, 15, rue Jean de Comère, dans une maison bourgeoise classée à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques et Dépendances des Bâtiments de France ( début XVIIème Siècle).

Il fut réalisé conjointement par M. Joseph Marceillac (Maire de la commune de 1929 à 1959 et membre de la Société Archéologique) et Théodore Calbet, qui donnera en 1989 son nom au Musée, ancien instituteur, écrivain, poète et premier conservateur de la structure muséale.

Les collections, dont la vocation est dès l’ouverture de conserver et de protéger une culture issue du terroir, furent constituées de nombreux dons de la population de Grisolles et de ses alentours, exhortée alors par voie de presse à céder en masse objets anciens et contemporains…

Dès le premier mois, le musée reçoit 252 objets et documents provenant en grande partie de Grisolles. Au village, on s’organise, on s’épie, c’est à qui donnera le plus, le mieux. On commente la qualité et la quantité des dons. En 1939, 800 objets sont cédés au Musée. Un an plus tard, en 1940, on dénombre près de 158 donateurs, ayant ainsi contribués à la création et à l’enrichissement d’une collection de 1500 objets, relevant de l’ethnologie, des techniques et des arts appliqués.

1941 - 1980 : Le grand sommeil

A partir de 1941, le Musée ne fonctionne plus. La guerre en est la première responsable, qui rend hors contexte l’animation et la gestion d’un musée de terroir. Et puis Théodore Calbet, très âgé et malade, n’est plus à même d’en assurer le fonctionnement. Personne ne le remplace vraiment à cette tache et le musée, fermé au public, plonge doucement dans une longue léthargie, une douloureuse sclérose qu’accélère le décès de son conservateur le 16 novembre 1949.

M. Rouzies, conseiller municipal, puis maire de Grisolles devient à cette date le second conservateur du musée. Il n’en a d’ailleurs que le titre. Le Musée reste fermé au public. Il le restera plus de quarante ans. Très vite, sans entretien particulier, à l’abandon, la maison achetée par la Mairie de Grisolles en 1937, se caractérise par sa vétusté.

La guerre, l’absence d’intérêt réel pour ce musée, coupent l’élan culturel. Les collections seront pillées ou détériorées. Ont ainsi disparus des armes, des sceaux du moyen age, les plus intéressantes monnaies. Des tissus, des mouchoirs d’instruction militaire, des châles seront détériorés, laissés à la merci de la pluie, du brouillard, de la lune, du soleil et des insectes. Et bien vite, on en oublie sur la commune, jusqu’au lieu du musée, endormie dans une demi-ruine…

1980 - 1988 : Le réouverture, une prise de conscience collective

Premier sursaut d’intérêt, en 1980, sous l’impulsion de M. Morin, documentaliste au Collège Lacaze, un groupe d’adolescents reçoit le Prix de la Fondation de France pour un essai de réhabilitation du Musée. Le projet, bien mené, est intéressant, mais on comprend bien vite la difficulté, voire l’impossibilité de laisser sa réouverture à de seuls collégiens…

En 1983, sous la présidence de M. Gay, se créé l’association des Amis du Musée, qui va s’employer à la reviviscence de la structure muséale et à la diffusion des collections constituées.

Des expositions, organisées en dehors des bâtiments de l’actuel musée, dans différents lieux de la commune, permettront, auprès d’un nouveau public, la découverte des collections du musée et assureront une prise de conscience collective de la nécessité de sauver au mieux ce patrimoine et d’en proposer une parfaite présentation.

Avec l’appui commun de la Ville de Grisolles, du Conseil Général de Tarn et Garonne, du Conseil Régional et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Midi-Pyrénées, le Musée est réaménagé, le bâtiment assaini et adapté pour un temps à la présentation des collections. Il réouvre ainsi ses portes au public le 22 octobre 1988.

A partir de 1989, Mlle Olivier, assure, par arrêté municipal du 2 janvier, la responsabilité du Musée et de l’ensemble des manifestations qui s’y produisent. Elle occupe ce poste jusqu’en avril 2001 et accueille en octobre de cette même année, Yvan Poulain, responsable de la structure jusqu'en 2016, date à laquelle lui succède l'actuelle responsable du musée.

design : neo05