Tarn (81)

Musée Goya - Musée d'art hispanique [Castres, 81]

Exposition : Vincent Batbedat - la pierre, la feuille et le métal (archive)

du 1er juillet au 30 octobre 2016

Horaires du musée du 1er juillet au 30 octobre 2016 :

Juillet et août : ouvert tous les jours de 10h à 18h, sans interruption
Septembre : 9h-12h et 14h-18h
Octobre : 9h-12h et 14h-17h
10h les dimanches et jours fériés
Fermé le 14 juillet

Vincent Batbedat (1932-2010) est un sculpteur contemporain, natif des Landes. En 1950, il s’installe à Paris pour suivre des Études à l'École d'architecture qu’il abandonne rapidement, puis s’inscrit à l'École nationale supérieure des beaux-arts et à l'Académie Julian.

Sa rencontre, en 1961, avec le peintre abstrait, critique d’art et écrivain Michel Seuphor, sera déterminante et influencera une partie de son œuvre vers un art construit rigoureux.
A partir des années 60, il réalise des sculptures monumentales pour des commandes publiques (Versailles, Alençon, Rennes, Saint Etienne, Meudon …).

Forte personnalité, Batbedat revendique son appartenance à l’Art construit, mouvement basé sur la géométrie, la structure et l’espace dont font parties Aurélie Nemours et Gottfried Honneger. Cet Art se veut objet de silence, de discrétion, voire de méditation visuelle et renouvelle l’austérité du Constructivisme en lui insufflant de la souplesse et un vent de liberté. Les recherches de Vincent Batbedat tournent autour de la mise en forme du vide, de la structure et de son point d’équilibre. Son art est une subtile harmonie entre la rigueur, la précision, l’imaginaire et une forme de spiritualité. A ces débuts il travaille la pierre et le bronze puis à partir de 1969 il découvre le tube carré en métal et ses infinies possibilités.
Également dessinateur, ses travaux à la plume ou à l’encre sont autant de variations de forme géométrique et de travail sur la lumière qui dialoguent en permanence avec ses sculptures.

En 1971, il rencontre, l'imprimeur en taille-douce Haasen qui l'initie à la gravure et publie onze livres entre 1972 et 1999. Ses œuvres sont parfois accompagnées d'un texte de sa composition ou de celui d'un autre écrivain ; il est aussi l'auteur d'une autofiction, Le Prix de mon âme. Notes pour servir à la vie d’un Sculpteur, publiée de manière posthume en 2012 par Les éditions Al Manar.

L’exposition au musée Goya de Castres retrace sous forme de rétrospective son parcours artistique (1955-2010). Maquettes, sculptures en bronze, acier et pierre, dessins et livres de bibliophilie sont répartis dans trois salles pour offrir au visiteur un ensemble choisi révélant ainsi toute la diversité et la richesse de son travail.

+ Imprimer

design : neo05